Espace musical minimaliste

Ce n’est plus un secret pour personne, je pratique la batterie depuis un an. Vivant dans un appartement (qui de surcroît ne m’appartient pas), je ne peux pas installer de véritable batterie acoustique pour m’exercer. Je considère avec beaucoup d’attention l’option de la batterie électronique, qui reste encore au stade de projet puisqu’il nécessite un réaménagement complet de ma chambre pour pouvoir encore y circuler après l’avoir installée.

D’où la question qui vous brûle les lèvres : Mais comment fais-tu pour t’entraîner pour être un tel virtuose du tambour ?

La réponse tient en deux mots : practice pad. Invention géniale pour les personnes dans ma situation, le practice pad réplique les dimensions d’une caisse claire pour pouvoir y travailler ses rudiments, le tout pour moins de 30€. Il est constitué d’une planche de bois et d’une matière plus ou moins absorbante et silencieuse pour éviter de casser les oreilles des voisins.

Mais je parle de tout ça parce que ma manière de travailler la batterie chez moi change mon rapport à l’instrument une fois que je m’y installe en salle de répétition. En effet contrairement à d’autres j’ai été dès le début habitué à travailler avec le minimum d’éléments, à savoir une réplique de caisse claire. Si cela peut paraître frustrant, j’ai très vite remarqué que cela suffisait à élaborer des concepts à développer par ailleurs sur le kit entier. Le practice pad ne se limite pas au simple travail de la dextérité, il me permet de développer des phrasés en travaillant les accents. La seule différence avec une vraie batterie est que mon espace est bien plus limité : je ne peux pas alterner les sons et les raisonnances (à moins de frapper sur les murs et les voisins).

Un practice pad, des baguettes, un métronome et une feuille de musique, le tout posé sur un pupitre d’orchestre. Très simple et pourtant, j’y passe des heures.

Il serait prétentieux de dire que le passage du practice pad à une batterie est facile — au contraire le fait de ne pas pouvoir travailler sur un kit complet me contraint à ne pas avoir mes marques, mais la technique n’est plus un obstacle puisque je ne peux que travailler cet aspect de la batterie à la maison.

Le mieux est encore d’avoir le choix. Le travail sur practice pad est nécessaire à tout batteur pour prendre le temps de décomposer ses gestes et se trouver face à un environnement de travail minimaliste, qui lui permettra par ailleurs de réellement apprécier son kit de batterie lorsqu’il y retournera.

Pour le moment, le practice pad est une contrainte, un minimalisme forcé. Bientôt, je l’espère, j’aurais le choix entre lui et mon kit de batterie. Une chose est sûre : ce petit morceau de bois et de plastique m’a tellement aidé dans mon apprentissage de la batterie qu’il trouvera toujours une place à côté de mes futurs kits, aussi fournis et complets qu’ils pourront être.

À lire dans le même genre :

  1. vincent-ca a publié ce billet